Culture d’Asie et d’Okinawa

Kobudô :  ou quand la presse mettait à l'honneur les arts martiaux okinawanais

Ajouter au panier

En stock

10€

TTC COMPRENANT
LE PRIX DU LIVRE DE 7€
ET LES FRAIS DE PORT DE 3€

90 PAGES
AVEC PHOTOGRAPHIES
FORMAT 12,7 x 0,6 x 20,3 cm
COLLECTION : Connaître les arts martiaux okinawanais
PUBLICATION: MARS 2017

BROCHE
ISBN-10: 1544136404
ISBN-13: 978-1544136400

Kobudô : ou quand la presse mettait à l'honneur les arts martiaux okinawanais

Jean-Charles Juster

Présentation de l'éditeur

Ce livre est né du constat que la presque totalité des textes produits à Okinawa sur les arts martiaux locaux n’a pas été traduite en langue française, alors qu’une demande sans cesse croissante de références fiables et de première main se fait entendre sur les réseaux sociaux et les forums. Premier ouvrage de traductions permettant d’accéder à la réalité du karate et des kobudô okinawanais et d’en comprendre les contextes socio-historiques, « Kobudô » est une série de textes parus en 1961 dans un journal local d’Okinawa, L’Okinawa taimusu, à l’occasion de la tenue d’une grande démonstration d’arts martiaux à Naha On trouve ainsi dix-huit portraits, dont ceux de figures de la sphère martiale d’alors telles que Chinen Masami, de la Yamane-ryû, Kaneshima Shinsuke, de la Tozan-ryû, ou Kyan Shin.ei, de la Matsubayashi-ryû ; ou de personnes plus confidentielles telles que Nohara Kama.ichi ou Shiroma Taisei, tous deux experts dans les bâtons des provinces. Leurs anecdotes et réflexions constituent une véritable source de réflexion pour tous ceux passionnés par Okinawa et surtout par ses arts martiaux. Les notes de rigueur sont d’un apport indéniables quand des sujets relatifs à la société du Royaume des Ryûkyû ou tout simplement à la topographie de l’Ile principale sont parfois traités. Quant aux commentaires, ils fournissent des approfondissements sur des points capitaux des arts martiaux insulaires. Une biographie de l’instigateur de l’évènement, Higa Seitoku, complète le travail produit par Jean-Charles Juster pour proposer au lectorat francophone une traduction accessible et intelligible. Texte 4e de couverture : Okinawa, novembre 1961 Une démonstration d’arts martiaux traditionnels de toute première importance allait être organisée. Plusieurs dizaines de maîtres des dojos et des villages se préparaient pour cette manifestation parrainée et couverte par le quotidien L’Okinawa taimusu qui dressa à partir d’entrevues des portraits avant-coureurs de ces experts sur neuf éditions. Depuis tombés dans l’oubli, ces articles sont toutefois primordiaux pour comprendre l’état de la sphère martiale okinawanaise un peu plus de quinze ans après la fin de la Guerre du Pacifique. En mettant en valeur leur ressenti d’adeptes et leurs exigences d’enseignants, ces pages invitent à la découverte de ces spécialistes, nés pour certains à la fin du XIXe siècle. Ces courts textes, tels des jalons, constituent véritablement un guide précieux pour le pratiquant contemporain à la recherche d’authenticité et de sens. Un document rare traduit pour la première fois en français, et enrichi d’annotations et de commentaires permettant d’en saisir la portée.

 

Biographie de l'auteur

Jean-Charles Juster est ethnologue, docteur en langue et civilisation japonaises. Il est titulaire de diplômes de maîtrise de l'Université de Paris X Nanterre et de l'Université des arts d'Okinawa. Il a effectué de nombreux séjours à Okinawa où il a été introduit dans les milieux des arts martiaux et scéniques.

Ajouter au panier - COMMANDER

COMMENTAIRES

Contact:

Culture d'Asie et d'Okinawa
10 rue Bochart de Saron
75009 Paris