Culture d’Asie et d’Okinawa

CONCEPT

Selon la notion « culture d’Asie et d’Okinawa » que nous avons formée, Okinawa se place au cœur de l\'Asie, aussi bien à travers sa situation géographique que son importance dans les échanges interethniques au fil des âges. A nos yeux, l\'Asie peut être représentée par quatre aires culturelles, qui sont autant d\'échantillons de ses différentes sociétés.

OKINAWA

Okinawa, aussi connu sous le nom de Ryûkyû, est un archipel situé entre les îles du sud du Kyushu et Taiwan, appartenant aujourd’hui au Japon.

Autrefois un royaume prospère, et avant cela un ensemble de seigneureries aux particularités marquées, aussi bien linguistiques que sociologiques, Okinawa ne doit pas être perçu à tort comme un appendice du Japon, mais bien comme un lieu d\'importantes productions culturelles, utiles à la compréhension de la zone du sud-est asiatique et au-delà.

Alors que le Japon moderne est fondé sur l\'ordre des guerriers, le microcosme okinawanais repose sur un paradigme tout autre, plaçant la femme au cœur de son système social. La poterie, les arts du spectacle, les tombeaux, mais aussi la manière de ramer des villageois ou la façon de s\'assoir sont autant de marques distinctives d\'une culture à part.

ASIE INTÉRIEURE

L\'Asie intérieure, bordée à l\'Est par la Corée et la Chine, et à l\'Ouest par l\'Asie centrale, comprend la Mongolie, une partie du Tibet, une partie de la Chine du Nord, le Xinjiang (ou le Turkestan oriental, mentionné aujourd\'hui notamment à travers sa population représentative – les Ouïghours) et la Mandchourie.

Elle se distingue par ses principes de développement particuliers : ces régions peu peuplées ont créé une communication culturelle et des échanges économiques florissants sur de très longues distances, tout en contrôlant efficacement de vastes territoires. Un de ses plus anciens états, appelé aussi le premier empire des steppes, s\'étendant en Mongolie, Chine du Nord et Sibérie du Sud, a été fondé par les Xiongnu, également connus comme les Huns Orientaux. Cette culture, ainsi que de nombreuses autres, demeurent souvent à l\'ombre des périodes et entités ethniques ou politiques plus popularisées, dont par exemple Gengis khan et son empire.

CHINE

Malgré son haut niveau de centralisation soutenu par une forte tradition de stratégies pour l\'entretenir, la Plaine centrale chinoise habitée par l\'ethnie majoritaire han, reste toujours un ensemble de régions très diversifiées dont la plupart ont anciennement été des états indépendants. Elles ont souvent gardé la trace de ce passé, aussi bien linguistiquement que culturellement. Souvent, les zones situées entre le monde chinois et celui des autres cultures présentent un intérêt particulier. Par exemple, la province du Sichuan hérite toujours de son ancien royaume de Shu, dont la richesse matérielle est parfois apparentée à celle de l\'Asie centrale, et de sa fonction de branche sud-ouest des Routes de la soie traversant le continent. Encore aujourd\'hui, les Routes du thé y passent pour relier les producteurs de la province du Yunnan et les consommateurs sur le Haut plateau tibétain.

Aussi, la province du Fujian avec ses populations montagnardes et côtières, ainsi que ses villes portuaires, rappelle les temps où le commerce fleurissait avec divers royaumes lointains dont celui d\'Okinawa.

JAPON

Le Japon est un pays vaste, aux ethnies, climats et reliefs variés...créant un ensemble complexe, bien différent de cette culture homogène « mêlant modernité et tradition » que les étrangers et les Japonais eux-mêmes se plaisent à mettre en avant. S\'étendant sur plus de deux milles kilomètres, il a produit une civilisation riche, mais encore peu connue sous nos latitudes. (Il nous faut préciser que notre groupe de recherche ne considère pas la culture aïnoue comme japonaise, ni le Hokkaido qui est la terre qui l\'a vu se développer).

Des temps du Néolithique à l\'époque contemporaine, les Japonais se caractérisent par un rapport complexe à la nature, lié à leurs conditions de vie, qui s\'exprime au travers du culte shintô. La hiérarchisation entre les individus, visible notamment à travers l\'usage de la langue, est un autre point marquant de cette société.